Calendriers Chrétiens : ce qu’il faut retenir !

Le calendrier liturgique chrétien n’est autre qu’un calendrier qui indique les fêtes, fixes et mobiles, chrétiennes. Nous allons essayer de comprendre ensemble quelles sont les particularités de ce calendrier et son importance par rapport à l’Eglise du Saint-Sépulcre.

L’année liturgique chrétienne catholique est constituée de 5 fêtes cardinales : la Pâques, Noël, la Pentecôte, l’Epiphanie et l’Ascension.

Calendriers Julien et Grégorien

En -45 avant J.C, l’Empereur Jules César introduisit le Calendrier Julien qui est un calendrier solaire pour remplacer le calendrier classique romain lunaire. En 1582, le Pape Grégoire XIII établit le calendrier civil actuel (calendrier grégorien) à partir des calendriers existants. Celui-ci a été accepté comme calendrier religieux parmi les catholiques et les protestants tandis que dans les communautés orthodoxes, le seul pris en compte est le calendrier Julien.

Ces deux calendriers (Grégorien et Julien) ont une différence entre eux de 13 jours: le 1er janvier dans le calendrier julien des églises orthodoxes et orientales tombe le 14 janvier du calendrier grégorien (catholique). Ainsi, les fêtes tombent plus tôt dans les communautés catholiques.

Par exemple, Noël est fêté le 25 décembre chez les catholiques et le 6 janvier du calendrier grégorien, chez les communautés orthodoxes et orientales tandis que l’Epiphanie sera célébrée le 6 janvier du calendrier grégorien pour les catholiques et le 18 janvier du même calendrier pour les orthodoxes.

Calendrier liturgique

Le calendrier liturgique est un mélange de deux calendriers: solaire (grégorien et julien) et lunaire (juif). De ce fait, il y a certaines célébrations qui sont fixées selon le calendrier solaire uniquement, aussi bien chez les catholiques que chez les orthodoxes comme les fêtes de Noël et de l’épiphanie, et d’autres fixées selon le calendrier lunaire (juif) uniquement, comme c’est le cas pour la fête de Pâques (“Pessah” en hébreu).

Ces fêtes cardinales sont célébrées chaque année au Saint-Sépulcre, à des moments différents, selon la communauté. Depuis quelques années cependant, il y a une volonté commune d’essayer de fêter ensemble (toutes les communautés ensemble) ces célébrations; pour le moment sans réel succès. La place du Statu quo dans ce type d’évènement est donc essentiel au maintien de l’ordre et de la bonne entente entre les groupes.